04 décembre 2012 ~ Commentaires fermés

Bruno GILLES, Sénateur de Marseille, dit non à la Métropole

Le Sénateur de Marseille, Bruno GILLES, dit non à la Métropole.

 Voici l’interview qu’il a accordée au site masactu:

(http://www.marsactu.fr/politique/bruno-gilles-je-dis-non-du-bout-des-levres-a-la-metropole-29604.html)

Sénateur, maire du 4/5 et secrétaire départemental de l’UMP, Bruno Gilles prend le contrepied de beaucoup d’élus marseillais, dont Jean-Claude Gaudin, en rejoignant la position de l’Aixoise Sophie Joissains contre la métropole proposée par l’Etat.

Vous avez écrit au gouvernement pour dire votre opposition à la métropole, alors que le maire de Marseille est pour…

On a bien senti au congrès des maires que près de 100 d’entre eux sont contre, ça fait beaucoup. Pour autant je ne pouvais signer un brûlot. Jean-Claude Gaudin dit oui du bout des lèvres à la métropole moi je dis non du bout des lèvres. Le gouvernement est en train de nous endormir avec cette métropole qui règlerait tous les problèmes. Or, sur quelques dossiers très concrets, comme la police, l’AP-HM, le bataillon des marins pompiers, l’opéra, la L2, l’aide au futur tramway, c’est de l’Etat qu’on a besoin.

Sur la métropole elle-même, qu’est-ce qui ne vous convient pas ?

On va casser les plus petits EPCI (établissements publics de coopération intercommunale, ndlr) qui fonctionnent bien, alors que la seule qui ne marche pas c’est la communauté urbaine de Marseille, dont le président n’arrive pas à gérer le quotidien de la grande ville et des [17] autres. Comment ferait-il avec 80 communes ? Sur ce point, je ne suis pas certain que [l'idée en réflexion du côté de l'Etat de] la création de pôles de proximité – qui regrouperaient des communes sur des périmètres qui seraient à peu près des EPCI – fonctionne.

Mais le problème aujourd’hui c’est que cela ne fonctionne pas entre Marseille, Aix, Aubagne, Martigues, Fos, pas dans chacune de ces agglomérations…

Ce que nous proposons, c’est un pôle métropolitain renforcé, et tout est dans le renforcé, c’est-à-dire avec des compétences obligatoires. Avec une métropole qui intégrerait de force 80 communes, si on veut qu’elles soient toutes bien représentées, cela ferait un conseil à 250 ou 300 élus, ce serait ingérable ! Et on ne pourrait pas mettre 90 maires vice-présidents…

Il y aura quand même une aide de l’Etat en contrepartie de la métropole…

Alors que l’Etat veut baisser la dotation de fonctionnement des collectivités de 2,2 milliards d’euros, je ne crois pas une seule seconde, même si c’est inscrit dans la loi, que nous aurons beaucoup de financements supplémentaires. Et personne ne veut ouvrir la boîte à claques phénoménale de l’unification du statut des agents, même si le syndicat majoritaire Force ouvrière a commencé à l’évoquer. On ne tirera jamais les milliers d’agents de la communauté urbaine vers le bas. Mettre tous les fonctionnaires du moindre petit EPCI du nord du département sous ce statut, cela voudrait déjà dire des millions d’euros supplémentaires.

Aide nécessaire de l’Etat, pôle métropolitain renforcé : tout cela fait écho aux positions d’une autre sénatrice, Samia Ghali, et d’autres élus. Pensez-vous que le gouvernement peut accepter un projet alternatif ?

Je suis parfaitement en phase avec Samia Ghali, on s’est d’ailleurs retrouvés un peu surpris avec le même discours face à Marylise Lebranchu. Oui une alternative est possible. Si, sous l’égide de l’Etat, tout le monde se met autour de la table et que les présidents des collectivités actent pour 2014-2020, quel que soit le résultat des élections, le financement de certains dossiers.

 

Retrouvez la lettre adressée par  Sophie JOISSAINS et Bruno GILLES au premier ministre Jean Marc AYRAULT:

http://www.scribd.com/doc/115491386/Lettre-Gilles-Joissains

 

Les Commentaires sont fermés.

BOUM ! BOUM ! |
Soutenons le FUDEC |
joselamouroux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Comment faire plaisir aux f...
| Comité d'information des ci...
| oyemprid