28 septembre 2011 ~ Commentaires fermés

Réponse à l’article paru le mardi 27 septembre 2011 dans le figaro concernant l’intégration des radicaux au sein du groupe centriste du Sénat.

Chers Amis, 
 

Je serais évidemment très heureuse de rejoindre mes collègues et amis du parti radical dont je suis et serai toujours , mais ne puis, à regret, dans la période que nous traversons et pour le moment, aller dans le sens de cette démarche parlementaire.

En effet, je soutiens mon parti avec force, mon travail parlementaire en est le témoin mais, je ne cautionne pas l’idée d’une double candidature à la présidentielle.

Nous ne savons pour l’instant si Jean-Louis Borloo déposera sa candidature et en l’état, la formation de ce groupe pourrait apparaître comme un élément allant dans ce sens, ce que nonobstant, l’admiration et le respect que je lui porte n’est pas souhaitable.

Le pays connaît une crise majeure.

Je ne partage pas en tout la politique mise en œuvre ces derniers mois par le gouvernement – raison pour laquelle je suis sortie du parti UMP – mais j’affirme mon admiration et ma fierté à l’égard du Président de la République pour sa gestion de la crise – sujet essentiel et prioritaire pour notre pays – ainsi que pour son action internationale et démocratique en Lybie ou vis-à-vis du conflit Israélo-Palestinien.

Notre parti a beaucoup à apporter à la France et c’est dans l’union et le travail en commun avec la droite républicaine et plurielle que nous pourrons constituer un programme présidentiel qui préserve et mette au premier plan nos valeurs républicaines et humanistes.

Aujourd’hui, en l’état des forces en présence et de la montée du front national, de multiples candidatures à droite et au centre nous conduirait de manière infaillible à imposer Marine Le Pen au deuxième tour et à dérouler un véritable tapis rouge à nos adversaires.

Ma conviction est profonde, nous avons un président fort, courageux, un capitaine, nous devons le garder et lui donner comme appui l’ensemble de nos convictions, de notre travail sur la cohésion républicaine, sur la France, son présent, son avenir…

L’ascenseur social, l’emploi, l’éducation, la sécurité et la santé sont des problématiques centrales dans ce temps de crise et nous devons travailler sans relâche sur ces sujets.

Les huit mois qui restent avant les présidentielles ne peuvent être huit mois d’immobilisme et toute dispersion serait tout à la fois une perte de temps inqualifiable en même temps qu’un suicide pour la droite républicaine.

La France a besoin d’une union constructive, les français l’attendent, je veux, nous devons être au rendez-vous.

Les Commentaires sont fermés.

BOUM ! BOUM ! |
Soutenons le FUDEC |
joselamouroux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Comment faire plaisir aux f...
| Comité d'information des ci...
| oyemprid