08 avril 2010 ~ 0 Commentaire

Sophie Joissains répond à La Provence

 Voici l’intégralité de l’interview accordée au quotidien La Provence. Celle-ci reprend l’ensemble des projets sur lesquels se bat Sophie Joissains, tant au niveau national que local, de son prjoet de résolution pour faire adopter une journée de la laicité à l’utilisation de sa réserve parlementaire (50 000 euros) pour soutenir le projet de maison de la famille au Jas de Bouffan.

« Sophie Joissains : « Je sème mes petites pierres » sophiejoissains.jpg

Sophie Joissains partage son temps entre son rôle d’adjointe à la Politique de la ville à Aix et celui de sénateur à Paris : « Tout est lié », assure-t-elle

Photo Serge Mercier

 

Du Sénat au Jas de Bouffan en passant par Marseille 2013, la fille de la maire d’Aix, se fait un prénom. 

 Peut-on résumer son engagement d’élue sous la formule « l’amour de la République » et porter une croix autour du cou ? Sophie Joissains le peut. Les paradoxes, c’est une histoire de famille – les croix aussi, d’ailleurs, celle-là est un cadeau de sa mère. Tout comme la politique et les convictions. Des grands-parents communistes, des parents élus au centre puis à droite, Sophie Joissains a connu, toute petite, le pire de la politique et y est entrée comme pour le meilleur. Sur le tard.

En mars 2008, elle était élue pour la première fois à la mairie d’Aix sur la liste de sa mère. En septembre 2008, elle faisait son entrée au palais du Luxembourg sur la liste du meilleur ennemi de celle-ci, Jean-Claude Gaudin. À 41 ans, elle est la benjamine du Sénat et y consacre une grande partie de son temps. Elle aurait aimé la commission des lois. Dans les vieilles maisons, « il y a des traditions ». Ce sera la commission des affaires culturelles.

 Sa première interventionen séance ? Un plaidoyer pour le vote de la loi Hadopi. Mais aussi des questions d’actualité sur les pratiques indirectes de discrimination d’Air France envers ses passagers handicapés, sur la réforme des écoles maternelles et primaires ou encore lors du débat d’orientation sur l’adoption. Entre autres. Elle a cosigné une vingtaine de propositions de loi et s’est offert une première victoire avec une intervention sur la défense du vin rosé lors du débat d’orientation sur la politique agricole commune.

« Je reçois sur mon mail des demandes de cosignature, je les étudie mais je ne signe pas tout, explique-t-elle. Après, lorsque l’on m’interpelle sur certains dossiers, j’écris au ministre et quand il ne répond pas, et bien, on passe à la question écrite ». Voilà comment le ministre de l’Agriculture se retrouve interpellé sur la hausse des prix des aliments peu transformés d’origine agricole, ou le ministre de l’Intérieur sur les modalités d’enregistrement des armes de 5e et 7e catégories.

  »On aborde en permanence des thèmes très variés mais mon cheval de bataille, c’est le civisme. Je viens de déposer une résolution pour que soit instituée une journée nationale de la laïcité sur le modèle de la journée de la femme. Un jour, non férié, non chômé qui pourrait être le 9 décembre, en référence à la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État ».

 Elle s’est engagée également dans le débat sur le service civique, qu’elle aurait voulu obligatoire et non volontaire. Un service militaire nouvelle formule ? « Non, civique. Moi, j’étais contre le service militaire mais il avait l’avantage de permettre de faire un bilan de santé, du niveau d’éducation d’une génération au-delà des clivages », assure-t-elle. Elle va aussi être rapporteur d’une proposition de loi « visant à assurer une mixité sociale dans les collèges situés en ZEP ».

  »Je garde toujours en tête ce proverbe chinois: apprendre à pêcher le poisson est plus important que de le donner. Il faut permettre aux gens de s’en sortir, leur mettre le pied à l’étrier, explique-t-elle. Mon action a une cohérence. Je sème mes petites pierres. C’est ça, l’amour de la République. Ça peut paraître suranné de le dire mais nous avons un pays magnifique avec un système éducatif et de santé formidables, où l’on considère l’humain. Il faut pouvoir continuer d’offrir cette sécurité-là ».

Dans le flot de réformes du moment, le Sénat a siégé 49% de temps en plus en 2009 qu’en 2008. Et à ceux qui lui reprocheraient un agenda parisien surchargé, Sophie Joissains, adjointe à la Politique de la Ville rétorqueque « tout est lié ». Elle a offert 50 000 euros de sa réserve parlementaire pour la Maison de la famille au Jas de Bouffan, a soutenu l’installation des bureaux de Marseille Provence 2013 dans le quartier, l’implantation d’une école de danse et la délocalisation de l’école d’art.

« Je veux faire partie des élus qui ouvrent les quartiers sur la ville », dit-elle encore. Et qui ne laisse pas la ville se faire engloutir. Visage aixois du Comité de pilotage de Marseille Provence 2013, elle ira défendre les spécificités des la cité du roy René dans la cité phocéenne. Les spécificités des communes tout court dans la contestée réforme des collectivités territoriales. « C’est très clair, nous sommes pour un pôle métropolitain, pas une grande métropole. Il faut conserver la Provence de Pagnol d’un côté, celle de Giono de l’autre. La fusion rime souvent avec confusion ».

 Encartée au Parti radical de Jean-Louis Borloo et donc membre de la majorité présidentielle, Sophie Joissains va connaître après la claque des régionales, la deuxième salve hautement complexe de réformes. « Sur les retraites, il va falloir serrer les rangs. Sur l’emploi, on va pouvoir quand même dire un certain nombre de choses ».

Un exercice d’équilibriste même si à la Chambre haute, les débats sont moins idéologiquement épidermiques : « Le Sénat n’est pas le lieu de la posture. J’ai même déposé des amendements (pour interdire le sponsoring par des laboratoires médicaux d’émissions audiovisuelles, ndlr), qui ont été votés à l’unanimité. Mais je crois que quand il y a des problèmes dans une famille politique, il ne faut pas en rajouter.Je me trouverais moche de ne pas soutenir une majorité au sein de laquelle je me suis fait élire ».

Alexandra DUCAMP (aducamp@laprovence-presse.fr)« 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

BOUM ! BOUM ! |
Soutenons le FUDEC |
joselamouroux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Comment faire plaisir aux f...
| Comité d'information des ci...
| oyemprid